والأسلحة البلجيكية (Et des armes belges), Sven Augustijnen

La Médiathèque du FMAC sera présente à artgenève avec une installation de Sven Augustijnen (*1970, vit et travaille à Bruxelles). 

Olivier_1976_extrait
Extrait de “L’Olivier”, réalisé par le Groupe Cinéma Vincennes, 1976. Courtesy Serge Lepéron

Et des armes belges, installation conçue pour le stand de la Médiathèque du FMAC à artgenève, fait partie d’un projet au long cours sur l’histoire des armes de la Fabrique Nationale de Herstal (FN) située dans les faubourgs de Liège en Belgique, et s’intéresse à leurs modes de production, leur image commerciale et leur différentes utilisations.

Fondée en 1889, la FN est reconnue internationalement pour la qualité de ses armes et produit encore actuellement des armes à destination des marchés militaires et civils. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, l’usine d’armement met au point un nouveau fusil automatique léger (FAL) très facile à démonter et à entretenir, spécifiquement étudié pour limiter les risques d’enrayage. Largement diffusé à travers le monde, ce fusil fut surnommé « the right arm of the free world » pendant la guerre froide, expression jouant sur le terme « bras droit » mais également « arme juste », et fut l’une des armes les plus communément utilisées par les démocraties occidentales, même s’il a été employé des deux côtés du spectre idéologique – paradoxe relevé dans des reportages et des publications de l’époque. Le FAL a fait partie des équipements des armées de plus de 70 pays et a été produit sous licence par une dizaine de pays incluant le Royaume-Uni, Israël, l’Afrique du Sud, l’Inde, le Brésil ou l’Argentine.

Comment un petit pays comme la Belgique en est venu à jouer un rôle si large dans l’histoire internationale ? La question se complexifie encore au regard de la très longue liste de conflits dans lesquels le FAL et d’autres armes de la FN ont été impliqués. De la rébellion menée par Che Guevara au Congo en 1965 à la Guerre des Six Jours en 1967, des armes belges datant de cette période peuvent être achetées de nos jours au marché noir de Beyrouth et retrouvent une deuxième ou une troisième vie dans la guerre civile en Syrie.

S’intéressant à l’histoire de la Belgique et à son passé colonial, Sven Augustijnen enquête de manière systématique et quasi obsessionnelle sur l’histoire du FAL depuis 2011. Assemblant et confrontant des documents d’archives, extraits de presse, publications, photographies ou films, l’artiste réalise plusieurs pièces en parallèle de cette recherche, qui donnera lieu à un essai cinématographique, Fierté Nationale, dont la sortie est prévue en 2018.

Pour artgenève, l’artiste présente des extraits de L’Olivier, documentaire militant relatant la lutte pour l’indépendance d’un État palestinien réalisé par le Groupe Cinéma Vincennes en 1976, où apparait le FAL. Dans des vitrines sont présentées des publications de la défense israélienne sur la Guerre des Six Jours*, ainsi que des exemplaires récents de la revue Newsweek** où l’on voit l’arme en or de Kadhafi, fabriquée en Belgique et ornée de gravures et d’inscriptions en arabe. Si les armes produites par la FN, point d’attention de la recherche, sont bien présentes dans les images, elles tendent dans le même temps à s’effacer par la répétition, laissant la place aux contextes qui les environnent et qui se mettent à dialoguer étrangement, plongeant dans l’obscurité des implications politico-idéologiques d’armes au poids historique inattendu.

Sven Augustijnen (*1970) vit et travaille à Bruxelles. Ses films, publications et installations ont fait l’objet de nombreuses expositions personnelles : The Hugh Lane, Dublin (2016), à la Kunstal Trondheim, Oslo (2015), à VOX, Centre pour l’Image contemporaine de Montréal (2013), à la Kunsthalle de Berne (2011), au centre d’art De Appel à Amsterdam (2011) ou encore au Wiels de Bruxelles (2011) et son travail est régulièrement présenté à l’occasion d’expositions de groupe, telles que The Unfinished Conversation : Encoding and Decoding au Museo Coleçao Berardo de Lisbonne (2016), Europe au Kunsthaus de Zurich (2015) ou Ce qui ne sert pas s’oublie au CAPC de Bordeaux (2015). Sven Augustijnen est représenté par Jan Mot, Bruxelles/Mexico City et est membre fondateur de la société de production Auguste Orts à Bruxelles.


ENGLISH VERSION

And Belgian Arms, an installation by the artist Sven Augustijnen devised for the FMAC Médiathèque stand at artgenève, is part of a long-term project about the history of arms of the Fabrique Nationale de Herstal (FN) located in the suburbs of Liège in Belgium, concerned with the methods of their production, their commercial image, and their different uses.

Founded in 1889, the FN is internationally recognized for the quality of its weaponry, and today still produces arms for military and civilian markets. At the end of the Second World War, the armaments factory developed a new light automatic rifle (FAL) that was easy to dismantle and service, and designed specifically to limit the risk of jamming. It was exported all over the world, and nicknamed “the right arm of the free world” during the Cold War, an expression playing with the term “right arm”, also meaning the “appropriate arm”. It was one of the weapons most widely used by western democracies, even if it was deployed on both sides of the ideological spectrum—a paradox commented on in reports and publications of the day. The FAL was part of the equipment used by the armies of more than 70 countries, and was produced under licence by a dozen countries, including the United Kingdom, Israel, South Africa, India, Brazil and Argentina.

How did a small country like Belgium manage to play such a major role in world history? The question becomes even more complex in view of the very long list of wars in which the FAL and other FN weapons have been involved. From the uprising led by Che Guevara in the Congo in 1965 to the Six Day War of 1967, Belgian weapons dating from that period can still be bought today on the black market in Beirut, and are enjoying a second or even third life in the civil war in Syria.

Sven Augustijnen is interested in the history of Belgium and its colonial past, and has been systematically and almost obsessively investigating the history of the FAL since 2011. By assembling and comparing archival documents, press clippings, publications, photographs and films, the artist has produced several pieces in parallel with his research, which will culminate in a film essay titled Fierté Nationale/National Pride, to be released in 2018.

For artgenève, the artist is showing excerpts from L’Olivier/The Olive Tree, a militant documentary describing the struggle for Palestinian State’s independence, produced by the Groupe Cinéma Vincennes in 1976, in which the FAL appears. The display stands show Israeli defence publications about the Six Day War*, as well as recent copies of the magazine Newsweek** where we see Gaddafi’s golden gun, manufactured in Belgium and decorated with engravings and Arabic inscriptions. The weapons produced by the FN, which are the focus of the artist’s research, are well presented in the imagery, but at the same time they tend to become a little blurred as a result of repetition, giving way to the contexts surrounding them, and embarking on odd dialogues, delving into the dark crannies of the political and ideological implications of gun which have an unexpected historical significance.

Sven Augustijnen (*1970) lives and works in Brussels. His films, publications and installations have been presented in numerous solo exhibitions, including : The Hugh Lane, Dublin (2016), Kunstal Trondheim, Oslo (2015), VOX, Center for contemporary image in Montreal (2013), Kunsthalle Bern (2011), De Appel art centre in Amsterdam (2011) or Wiels in Brussels (2011) ; his work is regularly presented in group shows, including The Unfinished Conversation : Encoding and Decoding at Museo Coleçao Berardo in Lisbon (2016), Europe at Kunsthaus Zurich (2015) or Ce qui ne sert pas s’oublie at CAPC in Bordeaux (2015). Sven Augustijnen is represented by Jan Mot, Brussels/Mexico City and is a founding member of the production platform Auguste Orts in Brussels.